ASPAS: Newsletter – Juillet 2021

aspas

Newsletter – Juillet 2021

Le travail de fond de notre inlassable service juridique et les collaborations inter-associatives continuent de porter leurs fruits ! Parmi les actualités du mois de juillet, retrouvez nos victoires juridiques pour les animaux persécutés et mal-aimés, du blaireau au renard en passant par les corvidés ! L’ASPAS, toujours au front et ça paye ! Bonne lecture.

UNE VICTOIRE PORTEUSE
D’ESPOIR POUR LES BLAIREAUX

Saisi par l’ASPAS et AVES, le tribunal administratif de Poitiers a suspendu en urgence, le 27 juillet, les périodes complémentaires de vénerie sous terre autorisées par le préfet de la Vienne. Si la route est encore longue pour voir disparaître la pratique cruelle du déterrage, cette décision de justice marque un pas vers une meilleure prise en compte de l’animal sauvage, de sa biologie et de son comportement. >> En savoir plus

En parallèle, nos associations avaient dévoilé au début du mois de juillet la carte de France de l’horreur. Dans une grande majorité de départements, des chasseurs peuvent légalement arracher des familles entières de blaireaux de leur terrier pour les tuer, et ce dès le 15 mai chaque année si le préfet l’autorise.

JUGEMENT « NUISIBLES » : QUELQUES AVANCÉES
MAIS BEAUCOUP D’ABERRATIONS !

La décision tant attendue du Conseil d’État, tombée le 7 juillet 2021, offre un an de répit à certains animaux sauvages dans certains départements ! Hélas, beaucoup d’autres demandes de déclassement ont été retoquées par le juge, parfois de façon assez illogique et incompréhensible. >> En savoir plus

Vercors Vie Sauvage

TIRS DE RENARDS DANS L’OISE : DES ARRÊTÉS
ILLÉGAUX RETIRÉS GRÂCE À AVES ET L’ASPAS

La préfecture de l’Oise a été obligée de faire machine arrière face à la vigilance d’Aves France et de l’ASPAS ! La raison ? La dissimulation de la publication d’arrêtés illégaux concernant les tirs de nuit du renard, pour empêcher toute tentative de contestation ! >> En savoir plus

EURE : LES BATTUES
ANTI-CORVIDÉS JUGÉES ILLÉGALES

En janvier 2020, le préfet de l’Eure avait autorisé les lieutenants de louveterie à procéder, jusqu’au 31 décembre 2020, à des battues administratives de jour et à des tirs de nuit pour permettre, sur l’ensemble du département, la « destruction » de corbeaux freux, de corneilles noires et d’étourneaux sansonnets. Attaqué par l’ASPAS, le texte a été annulé le 25 juin 2021 par une décision du tribunal administratif de Rouen, qui vient alimenter la jurisprudence en faveur de ces animaux étonnants encore trop victimes de préjugés ! >> En savoir plus et lire la décision de justice

 

RENCONTRONS-NOUS

La liste des évènements à venir continue de s’étoffer et l’ASPAS est toujours à la recherche de bénévoles pour animer certains stands.

Amateur ou amatrice de relations humaines et convaincu.e par les valeurs de sensibilisation de l’association, n’hésitez pas à consulter l’agenda des évènements en région et nous écrire à actions@aspas-nature.org.

De manière plus urgente l’ASPAS à besoin de volontaires pour :

Le festival de l’écologie à Saint-Michel-de-Chabrillanous (07) le 21 et 22 août, au forum des associations à Ventabren (13), ainsi que pour Vivre Nature à Toulouse (31) le premier week-end de septembre.

 

À PARAÎTRE : GOUPIL N°146,
LE MAGAZINE DE L’ASPAS

Le dossier de ce numéro est consacré au chamois, ongulé gracieux et élégant, capable de s’autoréguler, ne faisant aucun dégât, mais qui subit pourtant une forte pression de chasse. Au sommaire également : des milliers d’animaux « nuisibles » sauvés du piégeage, nos actions en faveur des blaireaux et des renards, notre campagne contre la cruelle chasse en enclos, nos dernières victoires juridiques, sans oublier les dernières actualités de nos Réserves de Vie Sauvage®. >> Voir le sommaire

Pas encore adhérent.e pour 2021 ? Rejoignez-nous vite !

ADHÉRER
 

LA QUESTION DU MOIS

J’ai vu une personne pêcher des grenouilles, en a-t-elle le droit ? Et de les manger ? De les vendre ? >> Lire la réponse

 

SOUTENEZ NOS ACTIONS POUR LES ANIMAUX

L’ASPAS, association reconnue d’utilité publique :

100% indépendante, 0 subvention.

Seuls vos dons font nos actions.

JE FAIS UN DON

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

Jura : ça chasse ou ça casse!

baie_de_somme_chevreuils

Connaissez-vous ce département idéal où il ferait bon chasser le cerf, le sanglier, le chevreuil et le chamois du 1er juin au 28 février, 6 jours sur 7, y compris dans les réserves de chasse et de faune sauvage qui ne couvrent pourtant que 10% du territoire, et en temps de neige ? Dans ce département, les plans de chasse continueraient d’augmenter sans relâche au fil des ans malgré les difficultés croissantes à les réaliser et les signes d’évolution inquiétante des populations de chevreuil et de chamois notamment.

Ce département où il fait parait-il bon vivre ensemble et où la nature aurait encore sa place pour accueillir les visiteurs s’appelle le Jura. On y chasse sans mesure, en toutes saisons touristiques, été comme hiver, au détriment de la faune sauvage, du bien-être de nombreux Jurassiennes et Jurassiens, mais aussi de l’économie locale.

« On augmente le plan de chasse du chevreuil et on nous propose encore d’augmenter celui du chamois, alors que leurs populations sont en diminution ; mais de qui se moque-t-on ? C’est cela la gestion durable des espèces imposée par la loi ? ». Pour Patrice Raydelet du Pôle Grands Prédateurs, « Cela n’a pas de sens et ne peut que durcir les relations entre les usagers ; les ruraux que nous sommes attendent une autre vision du développement de la part des pouvoirs publics ».

« Comment peut-on prétendre vouloir développer le tourisme dans le massif jurassien en ouvrant la chasse du 1er juin au 28 février ? Comment peut-on espérer concilier dans ces conditions, la chasse avec un tourisme rural estival fondé en grande partie sur le calme et l’espoir d’observer la faune sauvage, ou avec le tourisme d’hiver qui attire de plus en plus de monde dans la montagne jurassienne, pour faire du ski ou de la raquette, en toute sécurité et en toute tranquillité ? ». Pour Jura Nature Environnement, « Ces incohérences sont graves et coûteuses, non seulement pour la faune sauvage, mais aussi pour l’économie du département et pour notre bien-être à toutes et à tous ».

La centaine de contributions défavorables à cette chasse d’été et à l’extension de la période de chasse au 28 février n’auront pas suffi, une fois de plus, à stopper cette fuite en avant. « En ignorant les argumentaires scientifiques, l’avis des associations de protection de la nature et celui des citoyens, l’Etat prend le risque de crisper encore les débats autour de la chasse, au point de rendre impossible toute concertation. Cette logique du « chasser plus, pour protéger mieux », alors que la situation était qualifiée tout récemment encore dans la presse locale de « catastrophique » par les bénéficiaires directs de ces mesures, n’est pas responsable » pour Jean- Christophe Vié du collectif Nature Jura.

« Pour accomplir leurs plans de chasse, ce n’est pas le temps qui manque aux chasseurs mais, on le voit bien au travers des chiffres, ce sont les animaux dont le nombre diminue, sauf localement où il peut y avoir évidemment des problèmes de dégâts de cerf ou de sanglier ; ce n’est pas étonnant quand on les nourrit … », selon Rey-Demaneuf de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Bourgogne Franche Comté.

Dans ces conditions, Jura Nature Environnement, la Ligue Pour le protection des Oiseaux Bourgogne-Franche- Comté, le Pôle Grands Prédateurs et le Centre ATHENAS ont décidé d’unir leurs forces et leur détermination pour demander au préfet du Jura d’annuler ses décisions de renouveler la chasse d’été, notamment celle du renard, et de prolonger la date de clôture de la chasse au 28 février, tout particulièrement dans les réserves de chasse et de faune sauvage, sauf en cas de dommages avérés et sur autorisation particulière du préfet.

« Au cours des années 1980, on chassait dans le Jura de la mi-septembre au 31 décembre, trois mois et demi de l’année, aujourd’hui, on pourrait y chasser neuf mois et plus … Non, trop c’est trop ! » selon Gilles Moyne, du Centre ATHENAS, et d’ajouter « l’Etat ne peut plus rester indifférent à l’expression citoyenne et se contenter de répondre aux attentes d’une petite minorité d’usagers au détriment de l’intérêt général de la protection de l’environnement; ces consultations publiques, c’est du sérieux, c’est une forme d’expression démocratique garantie par la constitution ; le représentant de l’Etat se doit d’en tenir compte et ne peut perpétuellement balayer d’un revers de main l’expression d’une majorité ».

Des recours gracieux ont été envoyés ce jour au préfet du Jura par ces associations, lui demandant d’annuler ses décisions et de mieux entendre et écouter enfin les attentes des Jurassiennes et des Jurassiens, agriculteurs, opérateurs touristiques, ruraux et visiteurs du département, tous appelant à la raison et à plus de modération. Le Centre ATHENAS envisage quant à lui un recours contentieux devant le Tribunal Administratif.

www.athenas.fr / centre@athenas.fr

www.naturejura.fr / contact@naturejura.fr

www.jne.asso.fr www.LPO Bourgogne-Franche-Comté

contact@jne.asso.fr franche-comte@lpo.fr

www.polegrandspredateurs.org / contact@polegrandspredateurs.org

À pas de tortue, la cistude d’Europe reprend ses droits dans nos mares

Chélonien aux aguets, la cistude d’Europe barbote depuis longtemps dans les mares et cours d’eau de France. Mais l’urbanisation et l’agriculture qui détruisent prairies et zones humides ont rogné son habitat, suscitant des inquiétudes sur les possibilités de reproduction de cette jolie tortue tachetée de jaune.

Manciet (Gers), reportage

Silencieux, courbé en deux, Jean-Michel se faufile discrètement entre les joncs. De loin, Simon lui fait de grands gestes pour le guider. D’une main experte, il plonge son épuisette dans le bassin… et en ressort une tortue. Points jaunes sur tout le corps, carapace presque noire : c’est bien une cistude d’Europe. « Il faut être très discret, car la tortue entend et voit très bien. Au moindre bruit, elle disparaît dans l’eau. » Jean-Michel Catil est naturaliste chez Nature en Occitanie. Chaque semaine, il sillonne les routes du Gers à la recherche de la cistude d’Europe.

En ce lendemain d’orage, les prairies sont gonflées d’eau. Il n’est que neuf heures, le ciel est couvert mais il fait déjà chaud. Alors qu’autour de nous les champs de maïs coupent le paysage, nous nous arrêtons dans une prairie où centaurées, potentilles, trèfles, pissenlits et graminées poussent en désordre. Les grillons des marais stridulent. « C’est un beau terrain de jeu pour les animaux. Regardez ! Cette sauterelle, par exemple, n’existe que dans les Landes. Elle est bruyante, mais difficile à repérer. » De l’herbe jusqu’aux genoux, bottes aux pieds et filet à papillons en main, Jean-Michel se démène pour attraper des insectes. Ici, une libellule cordulégastre annelé. Là, une piéride du chou. Plus loin, sa cousine, la piéride du navet. « Amenez un naturaliste dans une prairie, il peut passer des heures à sauter pour observer les papillons », s’amuse Simon Rizzetto, ingénieur forestier spécialiste des zones humides, qui a rejoint l’association quelques semaines auparavant.

tortue aux sens aiguisés

Il faut être discret pour surprendre cette tortue aux sens aiguisés. © Maxime Reynié/Reporterre

Il y a seulement un an, cette prairie n’existait pas. C’était un champ de maïs. Yann Ducournau, le propriétaire a décidé de ressemer pour redévelopper la biodiversité et créer une zone de ponte pour les tortues. En dessous de la prairie, un cours d’eau, lieu de passage des loutres. Et en face, un champ, totalement labouré. « Là, il n’y a plus rien. C’est un billard pour la biodiversité », s’émeut Jean-Michel. Nous progressons encore un peu, traversons un fossé boueux. C’est à proximité de la prairie, sur la station d’épuration de la commune de Manciet, que se trouve la population de cistudes. « Nous allons bientôt proposer au propriétaire de creuser une ou deux mares dans la prairie, pour proposer aux tortues un habitat plus naturel. »

Jumelles en mains, Jean-Michel et Simon scrutent la surface de l’eau. Tout le monde se tait. On plante la longue vue. Là ! Non ce n’est qu’un reflet sur un rocher. L’exploration continue quand soudain : « Ici… à droite du bouquet de joncs », chuchote Jean-Michel. Difficile pour un non-initié de repérer cette petite tête qui dépasse de l’eau. De prime abord, on pourrait la confondre avec un bout de bois. Mais les deux petits yeux semblent nous fixer de loin.

repérage des cistudes

Simon Rizzetto repère les cistudes avec ses jumelles. © Maxime Reynié/Reporterre

« Ces observations de terrain nous permettent de voir si ce sont uniquement quelques individus isolés, ou s’il y a une véritable population de cistudes. On cherche aussi à savoir si la population est viable », explique Jean-Michel. À Manciet par exemple, les naturalistes ont déjà marqué quatre individus, mais ils n’ont encore pu observer aucun jeune.

Depuis une cinquantaine d’années, Nature en Occitanie travaille à la préservation de la cistude d’Europe à l’échelle régionale. Cette espèce bénéficie en effet d’un plan national de conservation. « Il y a quelques décennies, la cistude était présente sur les deux tiers du territoire. Aujourd’hui, on ne la trouve plus que dans quelques bassins isolés, dont le Gers. » On observe ainsi le reptile dans le Centre (Brenne), en Rhône-Alpes, sur le littoral charentais, en région Aquitaine, Poitou-Charentes et sur les littoraux méditerranéen et corse.

« Peu de gens imaginent que les tortues sont des animaux sauvages. »

Cause de cette raréfaction, le rapport particulier des humains avec les tortues : « Peu de gens imaginent que les tortues sont des animaux sauvages. Quand on en voit une au bord de la route, le premier réflexe, c’est de la ramasser, l’amener chez soi, lui donner de la salade et l’appeler Caroline. » Jusqu’au XIXᵉ siècle, les tortues et notamment leurs œufs étaient appréciés en cuisine. Et plus récemment, la disparition des zones humides et des prairies a supprimé les zones de ponte, empêchant les populations de se régénérer. Entre 1960 et 1990, la France a en effet perdu 50 % de ses zones humides. Chaque année, environ 10 000 hectares de cet écosystème continuent de disparaître.

Urbanisation, agriculture (notamment culture de maïs dans le Sud-Ouest) et fractionnement des milieux sont autant de raisons qui expliquent que la cistude soit aujourd’hui placée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme une espèce « quasi menacée » de disparition. « Quand elles ne disparaissent pas, les zones de ponte et les mares sont séparées par des grandes infrastructures comme des routes ou des voies ferrées, explique Simon. Les milieux existent toujours mais ils ne sont plus fonctionnels. »

la cistude rentre la tête

Entre les mains des humains, cette cistude préfère rentrer la tête. © Maxime Reynié/Reporterre

Un, deux, trois, quatre… Une quinzaine de têtes sortent de l’eau. Dans le deuxième bassin, quatre tortues remontent lentement sur les bords. Le soleil chauffe, c’est l’heure de se dorer la pilule. Dans son épuisette, Jean-Michel a réussi à attraper une cistude. L’animal rentre la tête. « C’est une belle femelle. » Le plastron, « son empreinte digitale », est plat, sa queue est assez fine (au contraire, chez les mâles le plastron est concave pour permettre la reproduction). Ses yeux sont clairs, presque dorés. Sur sa tête et ses pattes, de multiples taches jaunes.

Simon et Jean-Michel sortent une caisse à outil. Dedans, quelques fiches, une balance, une lime et une clé à mesure. « On va lui faire une fiche d’identité », explique le naturaliste. Ses stries de croissances ne sont quasiment plus visibles, signe que l’individu est assez âgé : elle a au moins une quinzaine d’années. La balance affiche 930 grammes. « C’est la bête la plus grosse que j’ai jamais vue. C’est un record gersois », s’exclame Jean-Michel. « Elles sont bien nourries dans la station d’épuration », rit Simon. En moyenne, les cistudes pèsent entre 500 et 600 grammes. Après l’examen, c’est l’heure de la photo d’identité. Jean-Michel manipule avec précaution la carapace pour photographier le plastron. « Il faut toujours éviter de mettre une tortue sur le dos, car son poids risque d’écraser ses poumons. »

mesures de la cistude

Jean-Michel Catil mesure délicatement le reptile. © Maxime Reynié/Reporterre

Dernière étape, et pas des moindres pour les deux naturalistes, « la séance de manucure » — le marquage —, qui permettra de suivre l’évolution de la population. Une écaille de la carapace est limée pour pouvoir reconnaître la cistude et la différencier de ses congénères. « Ça vibre, elle doit se demander ce qu’il se passe, mais c’est indolore. C’est une méthode de marquage non invasive et durable. » Avec ses longues griffes, l’animal commence à s’éloigner en labourant les herbes. Il est l’heure de la replacer dans le bassin, et en quelques secondes, elle a disparu. Nous continuons pendant quelques minutes à observer les fossés à la recherche de jeunes cistudes. Sans succès, il faudra revenir une autre fois.

Le deuxième site, au bord de l’Adour, à une trentaine de kilomètres de Manciet, se prête moins à la cartographie des populations de cistudes, mais c’est un paradis pour l’observation. Sous les arbres, tout est calme. L’eau du fleuve s’écoule paresseusement. Un ragondin se laisse flotter, le museau en l’air. Et partout, où que l’on pose le regard, on voit des cistudes et des tortues de Floride, reconnaissables grâce à leurs tempes rouges. Ici, les deux animaux sont souvent en concurrence pour les places ensoleillées. « C’est une sorte de hot spot pour les cistudes du Gers. Et ici aussi, l’enjeu est de recréer et entretenir les zones de ponte. » On resterait bien plus longtemps dans cette quiétude. Mais il est déjà l’heure de rentrer.

 

La population de loups gris progresse en France, mais à un rythme plus lent

le loup gris

La population de cette espèce est estimée à 624 individus adultes contre 580 un an auparavant, soit une progression de 7 %.

Le Monde avec AFP

Le loup gris, éradiqué en France par l’homme, a fait son retour en 1992 en provenance d’Italie et étend petit à petit son territoire. GARY KRAMER / AP

La population de loups gris progresse en France, mais à un rythme plus lent, a annoncé, vendredi 9 juillet, l’Office français de la biodiversité (OFB) à l’Agence France-Presse (AFP), avec un niveau d’attaques élevé contre les troupeaux.

Au sortir de l’hiver 2020-2021, la population de cette espèce est estimée à 624 individus adultes contre 580 un an auparavant, soit une progression de 7 %, a précisé Nicolas Jean, chargé du suivi des grands prédateurs à l’OFB. En 2020, la progression avait été de 9 % et encore plus marquée les années précédentes. « Il y a un tassement de l’accroissement de l’effectif de population » de cette espèce protégée en France et en Europe, mais « il ne faut pas être alarmiste », a-t-il commenté.

Les explications sont multiples : « Une des plus probables est l’impact des tirs car on prélève 20 % de l’effectif » des loups, a souligné Nicolas Jean, un pourcentage qui comprend les tirs officiels pour protéger les troupeaux mais aussi les actes de braconnage, ce à quoi s’ajoutent les morts dues à des maladies et aux collisions avec des voitures.

Le loup gris, éradiqué en France par l’homme, a fait son retour en 1992 en provenance d’Italie et étend petit à petit son territoire. Si des loups isolés sont observés dans de nouveaux départements, comme en Seine-Maritime (avril 2020), dans l’Aube et la Haute-Marne (automne 2020), sa présence reste concentrée dans les massifs alpins et provençaux. Sept nouvelles meutes ont été identifiées dans le secteur alpin, a fait savoir Nicolas Jean. Le plan national loup prévoyait d’atteindre seulement en 2023 un seuil de 500 individus.

Les éleveurs indemnisés pour leurs animaux tués

« Pour la troisième année (…), les dommages sur troupeaux se stabilisent » mais restent à un niveau élevé, avec environ 3 700 constats d’attaque faits en 2020, une grande partie se concentrant en Auvergne-Rhônes-Alpes, selon la direction régionale de l’environnement d’Auvergne-Rhônes-Alpes.

L’Etat indemnise les éleveurs pour leurs animaux tués, blessés ou disparus lors des attaques, ainsi que les coûts de réparation et le remplacement du matériel endommagé. Les éleveurs doivent en contrepartie mettre en place des mesures de protection (gardiennage par des bergers, chiens de protection, enclos la nuit…).

« De plus en plus d’attaques sont constatées à proximité des bergeries et à quelques kilomètres des centres-villes », s’alarme la Fédération nationale ovine dans un communiqué. « Les moyens de protection proposés par l’Etat » sont « vite obsolètes » et « la multiplication des chiens de protection [est] une nuisance pour le voisinage, un danger pour les randonneurs ». La fédération demande « plus d’interventions des services de l’Etat dans les zones où les loups sont présents, pour les dissuader d’attaquer et leur apprendre à craindre les troupeaux ».

L’Etat commence « à structurer la filière des chiens de protection », souvent des patous ou des bergers d’Anatolie, souligne Nicolas Jean. Presque 5 000 chiens sont financés chaque année.

Pour Patrick Leyrissoux, vice-président de l’association Ferus qui milite pour la cohabitation avec les grands prédateurs, la solution n’est pas de tuer plus de loups gris. « L’efficacité des tirs létaux n’a pas été démontrée au niveau international » pour réduire le niveau de prédation, dit-il. Il plaide pour plus de « contrôles sur le terrain pour savoir si les moyens de protection sont effectivement et correctement mis en place ».

Le Monde avec AFP

 

Le broyage des poussins et la castration des porcelets interdits dès 2022

le boyage des poussins

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a confirmé la fin de ces deux pratiques d’élevage controversées.

Par Jade Toussay

AGRICULTURE – Un pas de plus en faveur du bien-être animal. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a confirmé ce dimanche 18 juillet la fin, dès le 1er janvier 2022, du broyage des poussins et de la castration des porcelets dans les élevages, deux pratiques controversées. 

L’engagement avait été pris dès 2019 par son prédécesseur rue de Varennes: le broyage des poussins mâles ne sera plus autorisé en France à partir du 1er janvier prochain. “Je peux vous annoncer que la France est le premier pays au monde, avec l’Allemagne, à mettre fin au broyage et au gazage des poussins mâles”, a affirmé Julien Denormandie dans une interview au Parisien

Pour y parvenir, les professionnels de l’agriculture ont travaillé main dans la main avec les scientifiques, pour mettre au point une technique qui permet d’identifier le sexe de l’œuf avant son éclosion. “La technique de sexage dans l’œuf choisie permet de distinguer, à travers la coquille, la couleur des plumes des embryons mâles, différente de celle des embryons femelles. De ce fait, cela permet de ne plus avoir à éliminer 50 millions de poussins mâles juste après leur naissance chaque année en France”, a expliqué le ministre. 

+0,01€ pour le consommateur à l’achat

Toutefois, il faudra sans doute attendre quelques mois pour que le broyage cesse véritablement d’être employé. Le temps “d’adapter les machines utilisées jusqu’à aujourd’hui à petite échelle ou en laboratoires, à une dimension industrielle”, a précisé le ministre et aussi le temps pour les éleveurs de s’équiper.

Selon Julien Denormandie, “les machines seront installées pour deux tiers de la production en France dès la fin du premier trimestre 2022.”

Pour financer ce nouvel équipement, estimé à “plusieurs millions d’euros” par machine, les éleveurs pourront compter sur le soutien de l’État, qui “accordera 10 millions d’euros sous forme de subventions, dans la limite de 40 % du montant de chaque investissement.”

“Nous travaillons également avec l’ensemble des acteurs pour une juste répartition des coûts tout au long de la chaîne”, a précisé le ministre. L’impact sur le consommateur devrait cependant rester minime, avec une augmentation du prix d’achat estimée à 1 centime d’euro en plus pour une boîte de six œufs.

Vers une harmonisation européenne? 

Avant de limiter les pertes face à la concurrence, le ministre de l’Agriculture français a indiqué qu’il défendra une harmonisation de cette loi à l’échelle européenne. “Plusieurs pays, le Luxembourg, le Portugal, l’Espagne, l’Autriche et l’Irlande se sont d’ores et déjà associés à notre démarche”, fait valoir le ministre. 

Quant à la castration des porcelets, elle sera aussi interdite dès le 1er janvier 2022, avec deux options possibles pour les éleveurs: renoncer purement et simplement à la castration ou alors, pour les filières où la pratique reste nécessaire, y recourir avec une anesthésie locale qui diminue les souffrances de l’animal. C’est notamment le cas en charcuterie, comme l’a précisé Julien Denormandie.  

POLLINIS mène un combat acharné pour renforcer les procédures européennes d’autorisation de mise sur le marché des pesticides

affaire du siècle...

Alors que près de 80 % des insectes volants ont déjà disparu en Europe (1), de plus en plus d’études de terrain prennent la mesure de l’empoisonnement effréné de notre environnement par des pesticides hautement toxiques pour la biodiversité :

> 100 % des sols, où vivent des milliards d’organismes vivants, contiennent au moins 1 pesticide… 83 % en ont absorbé au moins 5 (!), selon des chercheurs qui ont prélevé des centaines d’échantillons de terre partout en Europe, jusque dans les espaces sauvages et les cultures biologiques que l’on pensait protégés (2). 

> 75 pesticides différents sont présents dans l’air en France, selon des relevés menés entre juin 2018 et juin 2019, dont 9 pesticides interdits aux effets cancérigènes et neurotoxiques potentiellement dévastateurs (3).

> Près de la moitié des eaux de surface en Europe ont une concentration en pesticides supérieure, voire très supérieure, à la réglementation européenne. Une menace grave pour la biodiversité lorsque l’on sait qu’un taux de concentration en pesticide légèrement au-dessus de la réglementation peut déjà avoir de graves conséquences sur la vie aquatique (4).

Face à l’empoisonnement généralisé des sols, de l’air et de l’eau, et grâce au soutien sans faille des citoyens engagés à nos côtés, POLLINIS mène un combat acharné pour renforcer les procédures européennes d’autorisation de mise sur le marché des pesticides, qui sous-estiment largement les risques que font peser ces substances sur l’environnement et la biodiversité (5) et continuent de les autoriser sur la base de protocoles complètement obsolètes

En Europe, alors qu’une poignée d’États sous l’influence des lobbys tente d’abaisser les critères de protection des abeilles, POLLINIS intervient directement auprès des plus hautes autorités, au nom de tous nos soutiens, pour faire barrage à leur plan et révéler, dans les moindres détails, les odieuses victoires réglementaires remportées par l’industrie au détriment de la santé des abeilles.

En France, POLLINIS accentue son bras de fer avec le gouvernement alors que le prochain Plan pollinisateurs, supposé protéger davantage les butineurs, est loin d’être à la hauteur des enjeux : 45 000 mails d’interpellation ont été envoyés par les citoyens à Barbara Pompili, la Ministre de la Transition écologique, pour exiger la décontamination de l’environnement des pesticides responsables de l’extinction des pollinisateurs ! Merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées en urgence pour montrer au gouvernement que les citoyens ne les laisseront pas abandonner les abeilles.

Pour pallier l’inaction politique, qui précipite l’extinction des pollinisateurs, POLLINIS soutient des conservatoires d’abeilles locales partout en France, finance des études scientifiques – qui n’auraient pas pu voir le jour sans la générosité des donateurs de l’associationsur la résistance naturelle de l’abeille noire au Varroa destructor, ou sur les effets combinés des pesticides sur les abeilles sauvages.

Et pour compenser la destruction des écosystèmes par le modèle agricole industriel, et permettre à chacun d’agir en faveur des pollinisateurs, l’association vient de publier gratuitement 11 guides, qui couvrent toutes les régions de France métropolitaine et listent les arbres, arbustes et buissons qui offriront un refuge et un garde-manger bien rempli aux insectes ailés.

Ces combats, menés aussi bien sur le terrain qu’à la table de négociation à Paris et à Bruxelles, n’existent que grâce au précieux soutien financier des citoyens qui, aux côtés de POLLINIS, ont à cœur de sauvegarder les abeilles. C’est aussi grâce à leur générosité que nous avons pu obtenir des résultats extraordinaires sur le terrain : de la Vallée de l’abeille noire, dans les Cévennes, à l’Île de Groix, au large de la Bretagne, les abeilles locales et ancestrales peuvent compter sur des refuges dédiés à leur bonne santé et à leur protection.

Chaque don versé à POLLINIS renforce des projets favorables aux pollinisateurs, mais aussi notre travail d’enquête sur l’influence des laboratoires agrochimiques, nos campagnes à grande échelle pour informer et mobiliser les citoyens, notre capacité à alerter les autorités sur les dangers des pesticides et à financer des études qui en démontrent les effets néfastes et dévastateurs pour la biodiversité. 

Références :

  1. Hallmann, C. A., 2017, More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas, Plos One
    La sixième extinction de masse des animaux s’accélère, Le Monde, Audrey Garric 10 juillet 2017
  2. C.Pelosi, C.Bertrand, G.Daniele, M.Coeurdassier, P.Benoit, S.Nélieu, F.Lafay, V.Bretagnolle, S.Gabag, E.Vulliet, C.Fritsch, Residues of currently used pesticides in soils and earthworms: A silent threat?, Agriculture, Ecosystems & Environment Volume 305, 1 January 2021, 107167
  3. Le Monde, Pesticides dans l’air : 32 substances identifiées comme « prioritaires », 3 juillet 2020
  4. Pesticides are the dominant stressors for vulnerable insects in lowland streams. Water Research, 2021
  5.  Carsten A. Brühl, Johann G. Zaller, Biodiversity Decline as a Consequence of an Inappropriate Environmental Risk Assessment of Pesticides, Front. Environ. Sci., 31 October 2019
  6. Le Monde, Pesticides et santé : les conclusions inquiétantes de l’expertise collective de l’Inserm, 1 juillet 2021

Savoie : la montagne, véritable refuge pour les papillons

papillon : amaryllis

La biodiversité est particulièrement bien préservée dans la vallée de la Maurienne, en Savoie. Des naturalistes y étudient les papillons qui sont nombreux dès que les alpages fleurissent.

Les alpages du col d’Albanne dévoilent leurs couleurs en ce début du mois de juillet. Les fleurs sauvages sont nombreuses et diverses, ce qui rend la biodiversité également très riche et variée. “On a une diversité de couleurs de fleurs, on a une diversité d’espèces, qui vont permettre à tout un peuple d’insectes, d’araignées et autres animaux de pouvoir vivre là-dedans” explique Guido Meeus, entomologiste de l’association La Dauphinelle.

178 espèces de papillons

Un groupe de naturalistes est venu ce jour-là observer les papillons en particulier. Entre 2014 et 2019, ces passionnés ont réalisé un inventaire des papillons diurnes de la vallée de la Maurienne : 178 espèces ont été recensées, soit plus des deux tiers des espèces présentes en France. Les papillons sont présents jusqu’à 3 000 mètres d’altitude, et suivent les rayons du soleil dont ils captent l’énergie, à l’instar d’un panneau solaire. Les papillons sont des espèces dont l’extinction est accélérée par la présence de l’homme et de ses activités. Alors, la montagne apparaît comme un véritable refuge.

Cliquez ici pour visionner la vidéo sur le site de France Info

Saisi par la LPO, le Conseil d’Etat annule partiellement l’arrêté ministériel classant les espèces “nuisibles”

putois

Suite aux requêtes de la LPO et de plusieurs associations, le Conseil d’Etat vient d’annuler partiellement l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019 classant les « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD, anciennement dénommés nuisibles) dans les départements français. Une victoire en demi-teinte pour la LPO qui compte bien obtenir des modifications substantielles au prochain arrêté triennal en préparation.

La bonne nouvelle concerne le déclassement total du Putois d’Europe, inscrit depuis 2017 sur la liste rouge nationale des mammifères menacés établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), et dont l’état de conservation est jugé alarmant.

Vers la protection intégrale du Putois

L’espèce décline en raison de la dégradation de son habitat (zones humides, bocages, haies), de la raréfaction de ses proies (lapins, amphibiens) et de sa destruction en tant qu’ « ESOD ». Alors qu’aucun dommage aux activités économiques (élevages, cultures) lié au putois n’y a été déclaré, il continue pourtant d’être considéré comme « nuisible » en Loire-Atlantique et dans le Pas-de-Calais, où près de 3000 spécimens ont été détruits annuellement entre 2014 et 2018. Après deux ans de procédure, l’arrêt du Conseil d’Etat interdit désormais de tuer des putois à l’échelle nationale au titre de la régulation des “ESOD”. Il peut toutefois continuer d’être tiré en période de chasse..

La LPO espère que cette décision ouvrira la voie à l’adoption par le ministère de l’écologie d’une protection stricte de l’espèce, comme le réclament depuis 2017 la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), le MNHN et l’UICN.

Bilan décevant pour les autres espèces          

Outre celui du putois en Loire-Atlantique et dans le Pas-de-Calais, la LPO avait contesté pas moins de 56 classements « ESOD » dans 37 départements pour la Pie bavarde, le Geai des chênes, l’Etourneau sansonnet, la Corneille noire, le Corbeau freux, la Fouine, la Belette, la Martre des pins, et le Renard roux.

Malgré des arguments étayés et circonstanciés, le Conseil d’Etat n’a prononcé au final qu’une poignée d’autres déclassements :

  • La Martre des pins dans les départements de l’Ain, de la Moselle et des Hautes-Pyrénées
  • La Pie bavarde dans les départements du Loiret et du Val d’Oise
  • Le Renard roux dans les départements des Yvelines et de l’Essonne ainsi qu’une partie des Vosges et du Val d’Oise
  • L’Etourneau sansonnet dans le département de la Marne

Beaucoup trop d’animaux continuent pourtant d’être indument tués chaque année en raison de leur classement ESOD, dont des centaines de milliers de renards. Dans un courrier adressé à la Ministre de l’écologie dès le mois de mai, la LPO a déjà demandé de se baser enfin sur des données scientifiques, techniques et économiques sérieuses avant de prendre un nouvel arrêté triennal.

Pour Allain Bougrain Dubourg : « Le Conseil d’Etat laisse malheureusement assez peu d’espoir quant à un véritable changement de paradigme dans la relation que nous entretenons avec la faune sauvage. L’homme ne doit plus s’arroger le droit de détruire des espèces vivantes au seul prétexte qu’elles pourraient nuire à ses intérêts. Qui plus est quand les dégâts sont loin d’être avérés, ni même comparés à tous les services rendus».

Arrêt du Conseil d’Etat ICI

Programme de réintroduction de jaguars dans le nord-est de l’Argentine

jaguar en argentine

Par Sciences et Avenir avec AFP le 17.04.2021 à 23h46, mis à jour le 19.04.2021 à 11h14 Lecture 2 min.

L’Argentine mène dans un parc du nord-est du pays un programme de réintroduction de jaguars. « C’est la première fois dans l’histoire qu’une tentative est faite pour ramener ce grand félin dans un environnement où l’Homme l’a exterminé« , a déclaré l’ONG qui porte ce projet depuis 10 ans.

Des jaguars photographiés après avoir été relâchés dans le parc en Ibera, en Argentine, le 16 avril 2021

Rewilding Argentina/AFP – –

L’Argentine mène dans un parc du nord-est du pays un programme de réintroduction de jaguars dont la présence n’avait plus été enregistrée depuis 70 ans, et a relâché le 17 avril une mère et ses deux petits, a rapporté l’ONG Rewilding Argentina.

Un félin exterminé par l’Homme

La réintroduction de cette femelle baptisée Juruna et de ses deux petits nés en captivité en décembre 2020 porte à six le nombre de jaguars relâchés depuis le début de l’année dans le parc Ibera, une zone protégée de près de 200.000 hectares de marais, de rivières et de lagunes entourée de prairies et de montagnes, à la frontière avec le Paraguay et proche du Brésil. Juruna rejoint sa soeur Mariua et ses deux petits relâchés en janvier. Ces deux femelles sauvages du nord du Brésil avaient été recueillies lorsque des braconniers avaient tué leur mère quelques mois après leur naissance. « C’est la première fois dans l’histoire qu’une tentative est faite pour ramener ce grand félin dans un environnement où l’Homme l’a exterminé« , a déclaré l’ONG qui porte ce projet depuis 10 ans.

Quelque 200 à 300 spécimens en Argentine

La déforestation, l’augmentation des terres agricoles, les incendies de forêt ainsi que le braconnage les avaient fait disparaître de la province de Corrientes. Le jaguar, dont la plus grande population est concentrée au Pantanal brésilien, la plus grande zone humide tropicale sur Terre, est considéré comme « quasi menacé » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En Argentine, quelque 200 à 300 spécimens ont été répertoriés éparpillés dans les jungles des provinces de Salta, Misiones, Chaco et Formosa, dans le nord du pays. A Ibera, le jaguar rejoint d’autres espèces clés réintroduites telles que le cerf de la pampa, le fourmilier géant, le pécari à collier et l’ara écarlate. Les marais d’Ibera sont l’une des principales attractions naturelles émergentes de l’Argentine et, avant l’apparition de la pandémie de coronavirus, accueillaient 45.000 visiteurs par an.

Jaguar Argentine Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Les secrets d’un « scarabée diabolique » à la carapace ultra-résistante enfin percés

carapace du scarabé

Des chercheurs ont mené une nouvelle étude pour percer le secret d’une espèce de scarabée qui a la particularité d’avoir une carapace extrêmement résistante. Une protection qui lui permet de résister à la compression, y compris au passage d’une voiture.

Emeline Férard Publié le 22/10/2020 à 14h53 – Mis à jour le 22/10/2020

Avec son corps sombre, sa surface rugueuse et ses excroissances, Nosoderma diabolicum ressemble davantage à un morceau de bois ou une pierre grêlée qu’à un scarabée chatoyant. Cette espèce de coléoptère originaire d’Amérique du Nord figure pourtant parmi les plus fascinantes et pour cause, elle est incroyablement résistante.

Plus exactement, c’est sa carapace qui fait preuve d’une solidité hors normes. Elle figure même parmi les structures les plus coriaces du monde biologique. Inutile donc de tenter de piétiner le diabolical ironclad beetle (en français, le scarabée blindé diabolique), il repartira indemne, comme si de rien n’était.

L’animal qui mesure entre dix et vingt millimètres de long évolue dans les habitats désertiques du sud-ouest des Etats-Unis. Il s’abrite généralement sous des pierres ou dans des arbres, entre l’écorce et le tronc. Un mode de vie qui explique sans doute pourquoi il doit montrer une certaine solidité.

« Conçu comme un petit tank »

Mais quel est le secret de son exosquelette ultra-résistant ? C’est ce que des chercheurs ont voulu déterminer à travers une nouvelle étude. N. diabolicum « est un scarabée terrestre, donc il n’est ni léger, ni rapide. Il est plutôt conçu comme un petit tank« , a expliqué David Kisailus, professeur à l’université de Californie à Irvine dans un communiqué.

« C’est son adaptation : il ne peut pas voler, donc il reste sur place et laisse son armure spécialement conçue pour subir l’assaut jusqu’à ce que le prédateur abandonne« , a-t-il poursuivi. En menant leurs recherches publiées dans la revue Nature, les scientifiques ont pu constater que la réputation du scarabée n’était pas usurpée.

La carapace du scarabée constitue un bouclier très protecteur. On peut observer ici la répartition de ses organes sous son exosquelette. © Jesus Rivera/University of California, Irvine

Après avoir collecté plusieurs spécimens dans les environs, ils les ont soumis à des tests de compression. Les résultats ont montré que le coléoptère est capable de résister à une force d’environ 150 newtons, soit une charge équivalant à environ 39.000 fois sa masse corporelle.

A titre de comparaison, cela correspondrait pour un homme de 90 kilogrammes à une charge de 3,5 millions de kg. Une résistance exceptionnelle qui permettrait au scarabée d’éviter bien des dégâts. Selon les chercheurs, il pourrait ainsi supporter le passage d’une voiture et la force exercée par le pneu estimée à 100 newtons.

En testant d’autres scarabées terrestres, l’équipe a constaté qu’ils étaient incapables de résister à une force moitié moindre que celle supportée par N. diabolicum. Restait à mettre en évidence les particularités lui permettant d’être quasiment indestructible.

Un exosquelette bien pensé

Pour en savoir plus, l’équipe a examiné en détails la carapace en utilisant différentes technologies. Ils ont ensuite réalisé des simulations et conçu des modèles imprimés en trois dimensions pour mettre à l’épreuve leurs hypothèses. Ils ont conclu que le secret réside dans la composition et l’architecture de l’exosquelette et surtout des élytres.

Les élytres sont les structures rigides qui recouvrent et protègent les ailes lorsque les insectes ne sont pas en vol. Or, chez le scarabée diabolique, elles ont évolué pour constituer un véritable bouclier protecteur. Leur couche externe est composée d’une teneur significativement plus élevée en protéines, les rendant plus solides.

Quant à leur structure, les deux élytres sont connectées au niveau d’une suture qui fonctionne comme les pièces d’un puzzle. Quand le scarabée est soumis à une compression, elles lui offrent ainsi deux lignes de défense. Leurs connexions se bloquent pour empêcher les structures de se séparer et d’exposer les parties plus fragiles.

structure entre les élytres

La suture entre les élytres est composée de structures qui se connectent comme les pièces d’un puzzle.  © Jesus Rivera / UCI

Dans le même temps, les microstructures situées au niveau de la suture se déforment et se décollent afin de dissiper l’énergie issue de la compression. Autant de mécanismes qui empêchent la carapace de céder de façon irréparable sous la force exercée et de tuer l’insecte. Tant que la force en question ne dépasse pas sa capacité de résistance.

« Quand vous brisez une pièce de puzzle, vous vous attendez à ce qu’elle se divise au niveau de la jointure, la partie la plus fine« , a décrypté David Kisailus. « Mais nous n’observons pas ce genre de rupture catastrophique avec ce scarabée. Au lieu de cela, il se délamine, aboutissant à une rupture plus en douceur de la structure« .

Une inspiration pour des matériaux plus résistants ?

Si le scarabée diabolique n’a pas encore révélé tous ses secrets, ces conclusions confirment ses impressionnantes capacités de résistance. Une particularité qui pourrait ouvrir la voie vers certaines applications et notamment la conception de matériaux plus durables et plus résistants pour surmonter des difficultés techniques.

En guise d’exemple, les chercheurs évoquent les turbines à gaz des avions : celles-ci sont constituées de pièces métalliques et composite associées par une attache métallique. Une attache qui rajoute du poids et introduit un stress qui peut conduire à des fractures et de la corrosion. Grâce à N. diabolicum, une nouvelle solution pourrait voir le jour.

« Ces attaches diminuent les performances du système et ont besoin d’être remplacées très souvent. Mais les sutures interfaciales du scarabée blindé diabolique aboutissent à une rupture plus robuste et prévisible qui pourrait aider à résoudre ces problèmes« , a souligné Maryam Hosseini, post-doctorante qui a participé à l’étude.

Inspirés par leurs résultats, les chercheurs ont conçu une attache composite en fibres de carbone imitant les structures de l’insecte. Ils ont conclu que leur innovation, soumise à des tests, était plus solide et résistante que les dispositifs actuellement fabriqués et utilisés.